Clap de fin pour le stage nature des Jeunes Sapeurs Pompiers

Clip de fin pour le stage nature des Jeunes Sapeurs Pompiers. Un stage unique dans la région, où quelques 50 jeunes ont vécu une expérience inoubliable! Entre dimanche et vendredi, ils ont pu mesurer l’importance de l’esprit de groupe et d’entraide, avec des manœuvres de jour comme de nuit au Massif du Gros Cerveau. Ils ont vécu au sein d’un camp spécialement aménagé au Gros Cerveau, et ont alterné les exercices: « Le but est de leur montrer à quoi ressemblera pour beaucoup d’entre eux leur futur métier. Il n’y a pas d’heure et il faut se confronter à toutes les situations » explique Jean-Louis Jacquemus, président de l’école. C’est aussi un stage donnant de l’importance à des valeurs tels que l’entraide ou la citoyenneté. Ils ont ainsi enlevé les tags des citernes vandalisées dans le massif. Mercredi, pour cette 15ème année, comme il est de tradition, les autorités ont été accueillies. L’occasion pour le maire de Sanary Ferdinand Bernhard de souligner: « Je dis souvent que les JSP sont un exemple pour notre jeunesse, Si tous les jeunes passaient par l’école des JSP, la France se porterait beaucoup mieux. Nous sommes très fiers de cette école ». Le colonel Eric Martin (directeur du SDIS) a lui salué le soutien de la commune à cette école et la qualité de l’encadrement. Quant à Jean-Luc Decitre (Président UDSP83), il soulignanit: « C’est certainement un stage unique en France. Car il faut imaginer les moyens mis à disposition, avec d’abord le soutien sans faille de la commune, les engins mis à disposition par le SDIS, la participation de notre Union Départementale mais aussi et surtout la mobilisation des bénévoles entre les CCFF, les encadrants… Cette cohésion et cette mobilisation sont vraiment particulières à Sanary ». En présence également de Laetitia Quilici (Vice-Présidente Conseil Départemental), les jeunes ont ainsi été mis à l’honneur durant cette cérémonie, le lieutenant Antomarchi précisant: « Pour nous, ces jeunes sont une fierté, et d’ailleurs, lorsqu’ils finissent leurs formations, on fait notre possible pour qu’ils puissent exercer dans notre caserne. Car ils effectuent durant 4 ans une solide formation ». Une école de la vie, et des souvenir inoubliables pour ces jeunes garçons et ces jeunes filles qui auront eu la chance d’assister aussi à des manœuvres spectaculaires comme avec le GRIMP jeudi.

Imprimer