Les « Voiles de Marie Madeleine » en escale à Sanary

Il y avait foule mardi soir lors de l’accostage de Belle Brise pour accueillir les précieuses reliques de la Patronne des Provençaux, Marie Madeleine. Le cortège a défilé dans les ruelles du centre ville avant de rejoindre l’Eglise Saint Nazaire, en présence du Père José Andrade. Comme l’expliquait le Frère Dominicain Marie-Ollivier Guillou: « L’esprit est de retrouver les origines de la tradition de Provence. C’est refaire le voyage à travers le temps avec les reliques de Marie Madeleine entre Toulon et Marseille. Il y a un lien fort avec la Sainte Baume car elle a finit sa vie au sein de cette grotte naturelle où elle a prié et accueilli  de nombreux chrétiens qui voulaient l’entendre parler de son expérience spirituelle »

En savoir plus sur Sainte Marie Madeleine: 
Par décision du pape François, la saint patronne de la Provence est désormais fêtée par l’Eglise entière chaque 22 juillet. Une mise en lumière de celle surnommée « l’apôtre des apôtres », premier témoin du tombeau vide au matin de Pâques, première à annoncer la résurrection du Christ aux apôtres. Mais au delà du volet religieux, Sainte Marie Madeleine tient une grande place au sein de nos traditions provençales, qui pourraient remonter à l’époque de Jean Cassien aux alentours du IVe siècles. Avec ses compagnons d’exil, Marie Madeleine aurait mené une mission d’évangélisation en Provence avant de se retirer dans la fameuse et illustre grotte en Sainte Baume qui porte aujourd’hui son nom. Et si le Saint Pilon demeure un haut lieu de dévotion, c’est que ce pilier (ou pilon, du provençal pieloun) marque l’endroit, où selon une croyance populaire, Marie Madeleine était déposée par les anges sept fois par jour. Elle y recevait une nourriture céleste sous la forme d’hostie de communion, rendant inutile toute autre alimentation. Le Saint Pilon était ainsi à l’origine une colonne de pierre surmontée d’une statue de Marie Madeleine soutenue par les anges. C’est en 1493 que la Chapelle naîtra,  constituant le chemin de pèlerinage dit « chemin des Roys » menant de Saint-Maximin la Sainte Baume à la grotte de Sainte Marie-Madeleine. Cette chapelle déclina avec le temps, après avoir été ravagée durant la Révolution. Située sur la crête du massif de la Sainte Baume, ce haut lieu de pèlerinage demeure un site incontournable pour les croyants ou les passionnés d’histoire. Car la vie et l’existence de Marie-Madeleine suscitent depuis des siècles une réelle fascination, avec une multitude d’écrits et de théories sur ce personnage emblématique de l’histoire de la Provence.

Imprimer